Elle roule encore !

Cet après-midi, nous sommes allés attendre et admirer un engin sorti tout droit du passé, qui plus est à vive allure, une belle locomotive à vapeur. Il s’agit de la 241P17, conservée au Creusot par l’Association des Chemins de fer du Creusot. Elle a été restaurée et remise en marche en 2006 après treize années de travaux.

Cette machine est la dix-septième d’une série de trente-cinq 241P, mises en service entre 1948 et 1952, et construites par la société Schneider au Creusot.

Comme il est précisé sur le site officiel de l’association, les 241P « effectuèrent de longues étapes sans relais : Lyon-Marseille ; Dijon-Avignon ; Le Mans-Quimper via Nantes ; Le Mans-Brest. Les 241-P détiennent des records de kilomètres parcourus : la plupart ont effectué plus de 1 500 000 km. La modernisation des machines avec l’arrivée des machines à diesel mit fin aux locomotives à vapeur et les 241-P disparurent progressivement de la circulation ».

L’association organise, depuis la remise en marche de la locomotive, plusieurs voyages par an. Et – nous sommes chanceux – la machine s’arrête souvent à Besançon. Entre samedi 18 septembre et le lundi 20, la 241P17 effectuait un aller-retour Le Creusot-Belfort dans le cadre d’un voyage vers la Suisse. Nous l’avons donc attendue de pied ferme sur le pont au croisement de la ligne de chemin de fer et de la rue des Cras. Elle avait 1h40 de retard. Alors en attendant, on s’est amusé comme on pouvait…

La bête

La locomotive ayant enfin fini par montrer le bout de ses tuyaux, nous avons pu nous en approcher en descendant au bas du pont. La 241P17 s’était arrêté en attendant de pouvoir arriver à la gare. Nous avons ainsi eu tout loisir de l’admirer sans personne autour. Voyez ci-dessous, alors qu’elle redémarre…

Ensuite, nous nous sommes – vite – rendus à la gare où la locomotive s’était arrêtée, pour se ravitailler en eau notamment. On peut la voir ici alignée à côté d’un TER.

La « bête » est très impressionnante, et est l’objet de la constante attention de ses conducteurs et chauffeurs, comme vous pouvez le voir dans cette vidéo – un condensé de ce que nous avons pu admirer où l’on voit beaucoup la machine fumer !

La locomotive pèse plus de 200 tonnes et peut atteindre 120 km/h. La faire démarrer et la maintenir aux vitesses appropriées requiert donc beaucoup d’énergie. La 241P17 consomme près de 4 tonnes de charbon (elle peut en contenir environ 10 tonnes) et 16 m3 d’eau (elle peut en contenir environ 35) pour 100 km. Vous pourrez apprécier le côté massif de la locomotive et ses tuyaux dans les clichés suivants :

Départ du train

Après un arrêt d’environ 45 minutes, la locomotive est repartie, laissant derrière elle un joli panache de fumée.